Pleins feux sur les cavaliers : Ashley Holzer (Vues: 954)

Il ne reste plus que QUATRE jours avant le coup d’envoi de la saison AGDF 2020! Cette semaine, nous mettons en lumière la quadruple championne olympique Ashley Holzer. Avec plus de 50 victoires au niveau FEI et quatre placements dans le top 10 des équipes aux Jeux Olympiques, elle est également une entraîneuse de renom. Continuez à lire pour faire connaissance avec cette talentueuse athlète équestre et venez la regarder en action bientôt à l’AGDF 2020 !

AshleyHolzer.Havanna145.9G2M7512©.

Photo gracieuseté de Susan J. Stickle

Parlez-nous de vos chevaux!

J’ai Valentine que je montrais avec succès dans la petite tournée l’année dernière. J’espère l’amener au grand prix cette saison. Je ne pense pas en janvier, mais j’espère que nous pourrons monter sur le ring du grand prix avant la fin de la saison. Elle est super talentueuse, alors je suis très excitée pour elle! J’ai un autre cheval, Mango Eastwood, qui appartient à Diane Rose. Je vais probablement le montrer dans le spectacle national à la mi-janvier, puis le faire sortir sur le ring du CDI. J’ai un autre cheval de grand prix qui s’appelle Radondo. Il est en Europe depuis un moment. J’ai une nouvelle jument, Bliss, qui appartient à Diane Fellows, et c’est un animal assez spectaculaire. Elle va sortir pour faire la petite tournée. J’ai aussi beaucoup d’étudiants qui font des essais pour les Jeux olympiques – sept d’entre eux font des essais pour l’équipe canadienne. Ce sera une saison occupée, mais amusante! Comme disait mon père, quand les choses deviennent un peu agitées, il suffit de le prendre un jour à la fois.

Comment vous êtes-vous impliqué avec les chevaux ?

C’est une histoire drôle! Ma mère et mon père viennent tous les deux d’Écosse, alors j’y passais tous mes étés. Beaucoup d’enfants roulent en Écosse. Mon père m’a acheté un livre intitulé “Jill Goes Pony Trekking”, et j’ai supplié mes parents après l’avoir lu, “Je peux monter s’il te plait!” Je ne peux pas vous dire combien de temps je les ai suppliés avant qu’ils ne m’inscrivent finalement à des cours d’équitation aux écuries Sunnybrook à Toronto. C’est là que j’ai appris à rouler.

Capture d'écran 2019-04-20 à 18h34 56

Photo gracieuseté de Susan J. Stickle

Comment les chevaux ont-ils influencé votre vie?

J’ai toujours vraiment aimé les chevaux. Je me sens incroyablement chanceux d’avoir la vie que j’ai, et c’est tout à cause des chevaux. Je me pince chaque jour sur la chance que j’ai de passer ma vie à entraîner des cavaliers et des chevaux. J’ai toujours aimé ça. Je suis très, très chanceux que mon mari ait également été un cavalier olympique dans le domaine du saut d’obstacles. Il comprend parfaitement le sport et la vie. Je ne pense pas que j’aurais pu le faire, sans mon mari. C’était assez difficile pour mes enfants parfois parce que le sport vous fait beaucoup bouger, donc je n’aurais pas pu le faire sans leur soutien, aussi. En vieillissant, je me sens très chanceux d’avoir une passion et de pouvoir vivre cette passion tous les jours. Tout le monde n’a pas cette chance.

Ma fille a un peu roulé. Mon fils a roulé jusqu’à ce que la pizza soit livrée, puis il a voulu la pizza! Ma fille est une très belle cavalière. Elle a participé à des cours de chasseur et a un peu de polo. C’est une cavalière magnifique, mais ce n’est pas son truc. Elle aime chanter et jouer. Mon fils est aussi un grand acteur. Ils ont beaucoup de succès dans leurs propres domaines. Ils ont fait incroyablement bien pour leur jeune âge, mais les chevaux ne sont pas leur truc. Mon mari dit encore à ce jour que les chevaux ne sont pas son truc, mais il vient beaucoup me regarder et est d’une grande aide.

Quel a été votre plus grand moment fort en carrière ?

J’ai beaucoup de chance, car j’ai participé aux Jeux Olympiques, aux Championnats du Monde et aux Jeux Panaméricains. J’ai une médaille olympique et quelques médailles panaméricaines. J’ai la chance d’avoir participé à de nombreuses compétitions merveilleuses au fil des ans en représentant le Canada avant de devenir américain. Honnêtement, je dirais que le plus grand frisson n’était pas vraiment les médailles. Mon cheval, Pop Art, a été classé 5ème sur la liste du classement mondial FEI. C’était un énorme accomplissement pour un cheval que j’ai acheté en tant que jeune espoir. Nous avons eu un voyage vraiment incroyable ensemble! Nous étions 8e aux Championnats du Monde au Kentucky. Tous mes amis étaient là avec cette énorme pancarte pour lui. C’était tellement cool. Honnêtement, parfois, je ressens autant de joie d’une balade incroyable à la maison avec un cheval qui pourrait être aux prises avec quelque chose, alors je l’obtiens.” Des trucs comme ça me réconfortent vraiment. C’est très satisfaisant.

Quels sont vos espoirs pour cette saison chez AGDF ?

Je connaissais cette skieuse incroyable qui a dû s’arrêter dans la trentaine, et je me suis dit à quel point j’ai de la chance d’être dans un sport où je n’ai pas à m’arrêter dans la trentaine parce que mon corps ne me le permet plus. Je ne vais pas mentir – je sens mon âge, mais je pense que plus je peux continuer, profiter du sport, participer à des compétitions internationales et m’amuser à le faire, tant que je me sens en bonne santé et capable de bien le faire. C’est ce que j’espère cette saison !

Ashley Holzer

Photo gracieuseté de ESP

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la compétition à l’AGDF?

Global me permet d’être un coureur international sans quitter le continent. Ce n’était tout simplement pas possible il y a longtemps. Il fallait vraiment être en Europe pour avoir des juges incroyables. Il n’y avait tout simplement aucune possibilité de spectacles à ce niveau ici. Le fait que Global nous permette d’être sur des bases de classe mondiale dans une atmosphère de classe mondiale pour habituer nos chevaux à cela’s C’est la partie passionnante à ce sujet. Cela nous permet de rester en Amérique et d’être géniaux. Tout le monde vient ici maintenant. Vous savez, Kasey, Laura, Adrienne, Steffan, etc. sont tous les meilleurs coureurs du monde. Les gens ne comprennent pas ça parfois. Je veux dire, c’est le MEILLEUR au monde! Ils sont incroyables, et nous les avons fabriqués en Amérique. C’est passionnant.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui participera à l’AGDF pour la première fois cette saison ?

Profitez du fait qu’ils ont des classes nationales dans le ring arrière avec des super juges. C’est un peu moins de pression sur votre cheval, et il y a une excellente assise et de bons juges. Cela leur donne un peu d’atmosphère, mais il n’y a pas de tente. Sortez beaucoup les chevaux et demandez-leur de voir un grand spectacle de chevaux sans les mettre sur le grand ring tout de suite. Pour les personnes qui sont dans le grand ring tout de suite, profitez-en! C’est vraiment une belle vitrine de notre sport, et nous avons la chance de l’avoir. Remerciez les sponsors et les supporters qui rendent le spectacle possible car sans cela, vous tournez en rond avec nulle part où le présenter. Remerciez les bénévoles et les personnes qui ont mis en scène le spectacle. Remerciez les pauvres secrétaires dont je suis toujours en retard, mais je m’améliore ! Merci à ceux qui le rendent possible car Global est vraiment une compétition spectaculaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.